La réforme territoriale, clef de la croissance

Christian Saint-Etienne

Auteur : Christian Saint-Etienne
Publié le 11 Juin 2014 dans La presse en parle, nos réflexions & propositions

Les Echos

extrait de l’article de Christian Saint-Etienne,
publié dans les Echos du 11 juin 2014

lire l’intégralité de cet article à la source : Les Echos, 11 juin 2014

Le président de la République a donc décidé d’accélérer la réforme territoriale pour réduire la dépense publique afin de gagner en efficacité. Christian Saint-EtienneLes économies attendues de la réduction du nombre de régions métropolitaines de 22 à 14 et de la suppression de la clause de compétence générale des départements et des régions sont de l’ordre de 10 à 12 milliards d’euros au bout de cinq à sept ans si le lancement du processus est réussi. L’enjeu est donc important quand l’objectif de la réforme globale des finances publiques est de ramener progressivement la croissance en volume de la dépense à un demi-pourcent par an.

(…/…)

Le monde connaît une mutation majeure depuis les années 1980, avec une accélération foudroyante depuis le milieu des années 1990, marquée par la troisième révolution industrielle dont l’informatique structure la grappe d’innovations de rupture. Nous sommes entrés dans une économie entrepreneuriale de la connaissance qui met l’entrepreneur au coeur du processus de création de richesses en sa capacité d’assembler les compétences des chercheurs et des ingénieurs, et les financements et l’expérience des capitaux-risqueurs. Mais, simultanément, se développe une économie de l’informatique, d’Internet et des logiciels en réseaux qui s’appuie sur les progrès foudroyants de la microélectronique. L’ensemble de ces transformations provoque l’avènement de l’« iconomie » entrepreneuriale.

Le critère clef de la réforme, dans les regroupements et découpages, doit être l’essor de l’iconomie

Or l’iconomie entrepreneuriale se développe essentiellement dans les métropoles et les territoires connectés, fiscalement et socialement accueillants pour les chercheurs, investisseurs et entrepreneurs. La réforme territoriale doit donc d’abord faire émerger des métropoles agiles et agréables à vivre opérant dans des territoires apportant tous les ingrédients nécessaires au développement de l’iconomie. En créant ces métropoles et ces territoires, la réforme territoriale facilitera les économies nécessaires permettant de réduire la dépense publique, mais en accélérant le processus de croissance plutôt qu’en le bloquant. Le critère clef de la réforme, dans les regroupements et découpages, doit donc être l’essor de l’iconomie, la baisse de la dépense en découlant, alors que l’inverse n’est pas vrai : un mauvais découpage peut bloquer le développement de l’iconomie. Ce sont des critères économiques et industriels qui doivent guider la réforme plutôt que des critères administratifs, qui ne sont importants qu’en accompagnement d’un découpage qui doit être d’abord « iconomique » et stratégique.

(…/…)

Christian Saint-Etienne

Auteur : Christian Saint-Etienne
Publié le 11 Juin 2014 dans La presse en parle, nos réflexions & propositions

Partager sur Twitter
Partager sur Facebook
Partager sur Linkedin
Partager sur Scoopit!

Ces articles peuvent vous intéresser

Un commentaire : “La réforme territoriale, clef de la croissance”

  1. Laurent Malinge

    15 avril 2016

    … « fiscalement et socialement accueillants pour les chercheurs, investisseurs et entrepreneurs. La réforme territoriale doit donc d’abord faire émerger des métropoles agiles et agréables à vivre » …
     » la réforme territoriale facilitera les économies nécessaires permettant de réduire la dépense publique, mais en accélérant le processus de croissance plutôt qu’en le bloquant »
    Toujours les mêmes recettes néolibérales : moins d’impôt pour les investisseurs (le « socialement accueillant » pour les investisseurs est vraiment délicieux), moins de services publics pour la majorité de la population.
    Questions, alors, qui pudiquement ne sont pas évoquées dans votre article :
    quel coût social de la réduction des dépenses publiques pour ceux qui ne sont pas des investisseurs ?
    quel coût environnemental de l’iconomie (qui dans la théorisation que vous en faites vit dans un monde sans matière) ?
    LM

Laisser un commentaire