mobibam : cas appliqué d’iconomie sympa, ou comment une entreprise passe de la main d’œuvre à la valeur ajoutée des cerveaux d’œuvre

Jean-Philippe Déranlot

Auteur : Jean-Philippe Déranlot
Publié le 27 Oct 2016 dans entreprise de l'iconomie

La semaine dernière j’ai eu le plaisir de rencontrer un start-upper représentatif des jeunes entrepreneurs de la génération Y : une tête bien faite, de l’énergie et qui ne manque pas de courage : Paul Normier. A bien le regarder, il a même un petit air Macron style « en marche » :-). Mais ne mélangeons pas les sujets : on est ici pour parler entrepreneuriat, laissons la politique au vestiaire.

mobibam : une startup qui vaut le détour

équipe mobibam

équipe mobibam (Paul Normier, fondateur & CEO, à droite)

Les valeurs de mobibam www.mobibam.com sont très bien résumées dans leur « triplette » : rapidité, agilité, empathie.

Et Paul ne manque pas courage, la preuve : « Il a disrupté le business model de l’entreprise familiale en faillite pour rebondir » (1). Il a fait preuve d’une grande lucidité pour faire de l’échec un tremplin… et il n’a pas appris ce modèle de pensée « faire de l’échec un tremplin » sur les bancs de l’école de la république !

mobibam serait-il le signal-faible de l’uberisation à venir d’IKEA ?

Quand je demande à Paul « mobibam serait-il le signal-faible de l’uberisation à venir d’IKEA ? « . Il s’empresse de me répartir : « notre différence est que nous démocratisons le sur-mesure à la différence d’IKEA qui a démocratisé le meuble standard. »

3 années difficiles

3 années difficiles dans l’usine en haute Côte d’Or, au cours desquelles Paul a fait plusieurs constats :

  • évolution de la demande (cf. baisse de la demande de grandes séries et augmentation de petites séries en contre-marques) qui rendait notre process de fabrication inadapté du fait que pour changer une ligne de fabrication on passait un temps beaucoup trop important à régler et ajuster les machines ;
  • nécessité d’une révolution de la fabrication dans 3 axes :
    • outils de fabrication
    • quantité (petites séries), qualité (toujours plus) et délais de livraison (toujours moins) deviennent un triptyque incontournable
    • formation des ouvriers pour transformer la main d’œuvre en cerveau d’œuvre : passage de la machine pilotée par l’homme, à des outils à commande numérique.

Concrètement, à cette époque on a raté la transition numérique.

Découverte, dans des salons industriels spécialisés, de nouvelles machines à commande numérique qui combinent flexibilité et ergonomie.

La valeur ajoutée fondamentale de mobibam est de faire le pont entre 2 univers qui ne se parlent pas trop !

La valeur ajoutée fondamentale de mobibam est de faire le pont entre 2 univers qui ne se parlent pas trop : conception à partir du web et outils de fabrication numérique et – surtout – interconnexion de ces 2 environnements pour avoir une chaîne de fabrication numérique et quasi temps réel entre la conception du client et la fabrication.

L’ADN de mobibam : rendre le sur-mesure accessible, une conception facile, suppression des fonctions intermédiaires inutiles, redonner la marge au client, réduction des délais, voire un montage simplifié.

Paul fait vite son initiation au métier de chef d’entreprise : « Une des difficultés du métier d’entrepreneur est d’avancer en même temps sur tous les fronts : marketing, commercial, ressources humaines, techniques web, technique production, … »

Le marketing est un morceau qu’il maîtrise bien (il n’est pas ESSEC pour rien). L’équipe  mobibam développe le référencement naturel – levier de notoriété – via des articles sur leur blog pour marquer leur territoire avec leurs mots clés.

Quid audimat Google ?

Il n’y a pas que le web marketing : Leur site web est opérationnel depuis juin 2016. Ils sont passés sur BFM  en juillet et en août sur Europe 1. Clairement leurs leviers marketing majeurs sont le blog et la presse pour booster leur visibilité naturelle :

Ils n’en oublient pas pour autant les actions terrain avec les salons et événements :

  • Design days, Paris du 30 mai au 5 juin 2016
  • MIF expo, le salon des produits made in France, Paris les 18, 19 et 20 novembre 2016
  • GREEN CHILLS, Paris les 25, 26 et 27 novembre 2016 (événement à ne pas manquer !)
  • Salon de la rénovation, Paris les 27, 28, 29 et 30 janvier 2017

Quand nous commencerons à avoir une meilleure visibilité naturelle, nous boosterons notre visibilité avec des campagnes Google AdWords et FaceBook Ads.

Tendance majeure de leur génération : ne pas oublier le plaisir et l’enthousiasme ! Ce que mobibam reflète très bien dans sa campagne YouTube avec cette vidéo. Et moi qui suit très sensible au marketing digital, je peux vous affirmer que tout y est : le scénario, l’humour, les couleurs des décors des objets et des habillages, le choix de la bande son, pas de parole ce qui facilite une diffusion internationale et – in fine – le message sur la valeur ajoutée de l’offre. Un modèle de référence pour les écoles de marketing BRAVO !

 J’ai souligné dans cet article de mon blog (2) que « les meilleurs étudiants sont de moins en moins sensibles aux sirènes des CDI : ils sont prêts à tenter l’aventure extraordinaire de l’entrepreneuriat ». Paul Normier et son équipe mobibam en sont la meilleure preuve, et je ne peux que leur souhaiter une belle aventure.

Objectifs mobibam pour fin 2017 : 1,5 à 2 M€ : affaire à suivre 🙂

______________________

(1) Les Echos ENTREPRENEURS, 17 oct. 2016 : Il a disrupté le business model de son entreprise en faillite pour rebondir
(2) Lettre ouverte aux étudiants en recherche de stage (et aux chefs d’entreprises, DRH et responsables recrutement à la recherche de talents) – blog efficaciTIC, 4 octobre 2016.
Jean-Philippe Déranlot

Auteur : Jean-Philippe Déranlot
Publié le 27 Oct 2016 dans entreprise de l'iconomie

Partager sur Twitter
Partager sur Facebook
Partager sur Linkedin
Partager sur Scoopit!

Ces articles peuvent vous intéresser

Un commentaire : “mobibam : cas appliqué d’iconomie sympa, ou comment une entreprise passe de la main d’œuvre à la valeur ajoutée des cerveaux d’œuvre”

  1. […] La semaine dernière j’ai eu le plaisir de rencontrer un start-upper représentatif des jeunes entrepreneurs de moins de 30 ans : une tête bien faite, de l’énergie et qui ne manque de courage : Paul Normier. A bien y regarder il a même un petit air Macron style « en marche » :-). Mais ne mélangeons pas…  […]

Laisser un commentaire